Dépistage non invasif de la trisomie 21

Le mardi 9 juin 2020


Une avancée attendue pour le suivi prénatal des femmes enceintes

MONTRÉAL, le 4 juin 2020 /CNW Telbec/ - L'Association des obstétriciens et gynécologues du Québec (AOGQ) désire souligner la décision du gouvernement du Québec d'implanter le Test génomique prénatal non invasif (TGPNI) au Programme québécois de dépistage prénatal pour les femmes qui présentent un risque élevé de donner naissance à un bébé ayant la trisomie 21.

« Ce test, déjà offert dans d'autres provinces canadiennes, est très fiable et plus sécuritaire que l'amniocentèse, qui comporte certains risques pour la grossesse. En fait, avec un simple prélèvement sanguin, le TGPNI permet de diminuer de 10 fois environ le nombre d'amniocentèses effectuées et donc, d'atténuer le stress lié à cette procédure invasive chez les femmes enceintes », indique Dre Violaine Marcoux, présidente de l'Association des obstétriciens et gynécologies du Québec.

Il est toutefois à noter que les femmes dont le TGPNI révèle certaines anomalies se verront proposer une amniocentèse afin de détecter à 100 % la trisomie 21.

L'importance d'assurer une plus grande équité et accessibilité

Le TGPNI n'est toutefois offert pour l'instant qu'à certains groupes de patientes enceintes présentant un risque plus élevé de trisomie 21. Dans la première phase du déploiement, le test sera disponible dans deux établissements au Québec. De plus, seules les femmes qui participent aux Programmes québécois de dépistage prénatal pourront y avoir accès.

« Les autorités nous confirment que ce test devrait être déployé rapidement à travers la province. Par ailleurs, étant donné le nombre important de femmes enceintes qui effectuent les premières étapes de leur dépistage prénatal dans les cliniques privées, il serait opportun d'en élargir la portée en le rendant disponible à ces patientes. Nous offrons ainsi notre entière collaboration au gouvernement du Québec pour rendre le programme encore plus équitable et accessible », conclut Dre Marcoux.

À propos de l'Association des obstétriciens et gynécologues du Québec
L'Association des obstétriciens et gynécologues a été fondée en 1966 et permet aux spécialistes des milieux de l'obstétrique et de la gynécologie de se rassembler sous une structure commune. Les membres de l'association participent au suivi de grossesse de 45 % des femmes enceintes de la province. L'Association des gynécologues et obstétriciens du Québec est fière de contribuer à la santé des femmes québécoises depuis près de 55 ans.

SOURCE ASSOCIATION DES OBSTETRICIENS ET GYNECOLOGUES DU QUEBEC (AOGQ)


Aimez-vous cette nouvelle ?


Retour à la liste des nouvelles